PSG – Juventus : Une victoire et trois gros points noirs !

Voir Cacher le sommaire

Pour sa première en Ligue des Champions, le PSG ne s’est pas pris les pieds dans le tapis. Une victoire historique contre la Juventus Turin mais dans laquelle les Parisiens ont laissé entrevoir des manques à vite corriger.

Jamais le PSG n’avait battu la Juventus Turin de toute son histoire. C’est désormais chose faite ! La bande à Christophe Galtier s’est offert un premier succès pour ses débuts en Ligue des Champions (2-1) et partage la première place du groupe avec Benfica, tombeur du Maccabi Haïfa de son côté (2-0). Attendu au tournant pour cette grande première, Galtier a montré un peu plus qu’il était en capacité de répondre aux exigences européennes.

Même si son équipe a affiché des manques évidents.

1/ Donnarumma, c’est pas encore ça…

Le premier point noir, c’est le gardien de but : Gianluigi Donnarumma. Fébrile aux pieds, tous les supporters du PSGle constatent depuis son arrivée à Paris, l’Italien a connu mardi soir un trou d’air. Une sortie aérienne totalement manquée qui a permis à la Juventus, jusqu’alors sous l’eau et noyé par le doublé de Kylian Mbappé, de revenir au score et dans le match. Si Nuno Mendes et Presnel Kimpembe ne sont pas exempts de tout reproche de par leur passivité sur ce but casquette, comment leur reprocher de ne pas aller disputer ce ballon aérien quand leur gardien de but sort les deux poings en avant… ? Leur fautif est clairement Donnarumma. Et même si l’Italien a été super sur deux arrêts importants sur sa ligne, et notamment une tête à bout portant de Milik, sa copie souffre d’un gros point noir. Paris a besoin d’un taulier dans les buts, capable d’être impérial toute la rencontre, pas par à coup. Ce job, sérieux et solide à la fois, Keylor Navas l’a parfaitement rempli pour sa première saison à Paris.

2/ Mbappé trop individualiste

Ce match, c’était le sien… Média Foot en parlait avant la rencontre : Kylian Mbappé se devait de frapper fort, d’entrée. Après le temps des polémiques, il était temps de faire parler les terrains. Exact à ce premier rendez-vous de Ligue des Champions, le Français a inscrit deux buts exceptionnels. Mais difficile de passer outre ceux qu’il n’a pas mis… Ou qu’il aurait pu offrir, surtout. Sur une action d’école, parfaitement lancée par Lionel Messi, Kylian Mbappé n’a qu’à servir Neymar sur un plateau pour le 3-0. Il choisit de tirer, à côté. Avec ce but, Paris aurait pu être à l’abri. Quelques minutes plus tard, Donnarumma se troue et la Juventus revient dans la partie, pour faire trembler le Parc jusqu’au bout. Plutôt que de chercher le triplé, Kylian Mbappé aurait pu sécuriser la victoire de son équipe. Et avec ses récentes déclarations sur Neymar et sa relation chaude/froide avec le Brésilien, difficile de ne pas voir ici un second point noir. Les stratégies individuelles avant la performance collective : c’est non !

3/ Des remplaçants insignifiants

Après l’heure de jeu, Christophe Galtier a procédé à des changements. Pas facile de perturber l’équilibre de son équipe dans un tel contexte (2-1). Le coach a choisi de faire entrer Renato Sanches, Danilo Pereira, Nordi Mukiele et Carlos Soler. Malheureusement, aucun n’a vraiment apporté de poids pour sécuriser la fin de match parisienne. Renato Sanches a bien conservé et remonté quelques ballons précieux, il le fallait à ce moment du match. Mais le banc aura besoin de plus d’impact et de poids pour vraiment peser à l’avenir.