Milik, l’OM va s’en mordre les doigts pendant longtemps…

Voir Cacher le sommaire

Pour des raisons financières, l’OM se sépare d’Arkadiusz Milik, prêté à la Juventus Turin avec option d’achat. Et déjà, le sentiment d’un énorme gâchis pointe le bout de son nez…

55 matchs sous les couleurs de l’OM. 30 buts. Tous les deux matchs disputés, Arkadiusz Milik a fait trembler les filets. Des statistiques de haut-vol qui ne lui ont pas permis de rester dans la cité phocéenne. Boudé par Jorge Sampaoli, le Polonais a été sacrifié cet été par Pablo Longoria. Frank McCourt a demandé à ses équipes de faire des économies, Milik a donc été prié de quitter le navire. Direction la Juventus Turin pour un prêt payant (1 million d’euros), assorti d’une option d’achat non obligatoire de 7 millions d’euros. Soit deux fois moins que le prix payé par l’OM…

400 000 euros de salaire économisé

La principale motivation marseillaise, c’est l’économie du salaire d’Arkadiusz Milik. Après avoir investi cet été sur toute une défense (Isaak Touré, Samuel Gigot, Chancel Mbemba, Jonathan Clauss, Nuno Tavares et Eric Bailly) mais également sur le très, très cher Alexis Sanchez, Pablo Longoria se devait de délester le vestiaire d’un haut salaire. A 400 000 euros par mois, Arkadiusz Milik était une cible toute trouvée…

Un grand gâchis

Au-delà de ce départ par la petite porte et une perte nette de la moitié de « sa valeur », c’est surtout la perte sportive qui pèse le plus dans ce dossier Milik. L’OM cherche un grand attaquant depuis André-Pierre Gignac, parti en 2015. Le buteur polonais avait clairement le profil pour être cette précieuse gâchette dont le Vélodrome a besoin. Sa moyenne d’un but tous les deux matchs témoigne de son efficacité. Malgré l’adaptation difficile, la pression, les blessures et les mouvements extrasportifs, Milik a fait le job. Certes, il a connu quelques trous d’air et aurait dû jouer davantage. Mais l’OM ne lui a pas pleinement donné sa chance. Le risque de voir les supporters marseillais se mordre les doigts d’avoir laissé filer un tel joueur est grand… A la Juventus, il rejoint une grosse écurie, avec le risque de ne pas beaucoup jouer. Mais s’il réussit à se relancer, il peut clairement devenir une référence au poste de n°9 et poursuivre l’éclosion entamée à Naples…