Ajaccio
SCO Angers
AJ Auxerre
Stade Brestois
Clermont Foot
Racing Club de Lens
LOSC Lille
FC Lorient
OL
OM
AS Monaco
Montpellier Hérault Sport Club
FC Nantes
OGC Nice
PSG
Stade de Reims
Stade Rennais
RC Strasbourg
Toulouse Football Club
ESTAC Troyes

Luis Campos pourrait commencer le mercato du PSG par une très grosse folie !

Voir Cacher le sommaire

Contre toute attente, le PSG pourrait prendre tout le monde à contre-pied et opter pour un profil à l’exact opposé de tous ceux choisis par les Qataris jusqu’à présent. Pas de star, pas de techniciens étrangers bankable ni de coach avec un palmarès. Paris veut innover !

Pour la première fois depuis des lustres, le PSG parvient à garder le suspens intact pour son prochain entraîneur. S’il n’existe plus aucun mystère sur le sort réservé à Mauricio Pochettino, impossible de savoir qui lui succédera. La short-list de Luis Campos, le nouveau patron du recrutement, commence à fuiter. Mais impossible de sortir un nom plus que l’autre. De Zinedine Zidane à Sergio Conceiçao, en passant par José Mourinho, Ruben Amorim ou Thiago Motta, c’est le flou. A moins que le PSG innove et surprenne tout le monde. C’est le cas avec la piste menant à Christophe Galtier, l’actuel coach de l’OGC Nice.

Galtier, le virage intégral !

Pilier fondateur de l’ASSE pendant près de 10 ans, champion de France avec le LOSC (2021) et bâtisseur du nouveau projet niçois, Christophe Galtier est un technicien connu et reconnu en France. Mais il dénote avec tous les profils de l’ère qatarie. Doha a toujours misé sur un entraîneur avec un nom ou un palmarès. Même en choisissant Unai Emery, les Qataris ont fait venir le triple vainqueur de l’Europa League avant le technicien prometteur du championnat espagnol. Jamais Paris n’a osé un pari sur l’avenir et encore moins un entraîneur français. Laurent Blanc ? Sélectionneur de l’équipe de France entre 2010 et 2012, un client du marché mondial à l’époque.

Christophe Galtier est un profil jamais tenté par le PSG. Ce serait une première. Et une grosse folie.

Va-t-il gérer les stars ?

La question qui se pose, si le PSG choisit Christophe Galtier, c’est sa capacité à pouvoir gérer des stars. A Saint-Etienne, Lille ou Nice, « Galette » n’en n’a jamais eu. Pas de la trempe de ce qu’il y a dans le vestiaire du PSGGigi Donnarumma, Sergio Ramos, Marquinhos, Marco Verratti, Neymar, Kylian Mbappé, Lionel Messi. Plus celles qui pourraient rejoindre le PSG, comme Paul Pogba, Ousmane Dembele ou encore Robert Lewandowski. Un doute incarné par Walid Acherchour, journaliste pour l’After Foot sur RMC : « Si c’est ça le grand changement, la grande révolution du Paris Saint-Germain, de ramener un coach qui est juste taillé pour la Ligue 1, on m’a menti alors. Pour moi, il n’est pas taillé pour entraîner le Paris Saint-Germain. C’est l’un des plus grands clubs d’Europe actuellement. Ce n’est pas une injure avec Galtier, c’est un bon coach de Ligue 1 qui a fait du très bon boulot avec Saint-Etienne, avec Lille, un peu moins avec Nice. Si ça se fait, c’est le mouv’ d’entraîneur le plus étonnant que j’ai pu voir… »

Mais Paris semble vouloir rompre avec les méthodes existantes. Un changement total de stratégie. La priorité n’est plus de gagner à tout prix, mais de bien jouer. De proposer du beau jeu, tout en marchant sur les équipes adverses.

Réputé pour son jeu d’engagement et porté vers l’avant, Galtier coche la case.

Un Français pour entrer dans l’histoire

A 55 ans, Christophe Galtier pourrait voir sa carrière basculer. Paris, c’est une toute autre dimension. Des stars, oui. Mais surtout la Ligue des Champions. Et la pression constante des Qataris. Compétiteur dans l’âme, Galtier ne pourra pas refuser s’il est bien celui que Doha a choisi. Malgré ses origines (natif de Marseille) et son manque d’expérience du très très haut-niveau, c’est un défi à relever. Et si Paris fait le choix gagnant, l’histoire n’en sera que plus belle. Gagner la première Ligue des Champions de son histoire, avec un entraîneur français à sa tête, que demander de mieux ? C’est vrai que Zinedine Zidane, ça fait un peu plus « rêver » que Christophe Galtier.

Mais tant que les résultats sont là, peu importe le nom sur le CV !