Ajaccio
SCO Angers
AJ Auxerre
Stade Brestois
Clermont Foot
Racing Club de Lens
LOSC Lille
FC Lorient
OL
OM
AS Monaco
Montpellier Hérault Sport Club
FC Nantes
OGC Nice
PSG
Stade de Reims
Stade Rennais
RC Strasbourg
Toulouse Football Club
ESTAC Troyes

Vente ASSE : Après l’OL, c’est au tour des Verts de vendre son club à un fond d’investissement !

Voir Cacher le sommaire

Une vague s’abat sur la Ligue 1 avec le rachat de plusieurs clubs français. Après Bordeaux et Angers, c’est au tour de l’OL de changer de propriétaire. Et l’ASSE, autre bastion historique de la maison France, devrait suivre cet été.

La crise provoquée par le Covid a fragilisé l’ensemble de l’écosystème sportif. A commencer par le foot, locomotive du secteur, qui a souffert de l’arrêt brutal des compétitions en 2020 et des restrictions qui ont suivi jusqu’en 2021. La santé financière des clubs français en a pris un coup, certains étant même au bord de la faillite. Pour faire face, plusieurs écuries ont fait le choix de passer la main pour confier leur club à de nouveaux investisseurs. Lille, Nice et Bordeaux ont lancé le mouvement. Angers a pris le relai de cet été où plusieurs clubs français pourraient être repris par des fonds d’investissements. C’est le cas de l’Olympique Lyonnais, qui va céder 60% de son capital à un groupe américain. Juste avant le voisin stéphanois, dont la vente est attendue depuis plusieurs mois ?*

[irp]

 

Au tour des Verts

Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, qui co-président l’ASSE depuis de longues années, ont en effet le désir de passer la main pour diverses raisons. De nombreuses approches ont été signalées depuis deux ans, sans qu’aucune ne trouve sa cible. Mais cette fois, l’intérêt d’un investisseur américain pourrait se finaliser. Il s’agit de David Blitzer, méconnu en France, qui dispose de nombreux investissements. Actionnaire d’une franchise de NBA (Philadelphie) et d’un club de NHL (New Jersey Devils), David Blitzer a également les mains dans plusieurs clubs de foot. En Angleterre, il détient une participation de Crystal Palace. En Espagne, il a investi à Alcoron, pensionnaire de deuxième division. Et ce n’est pas tout ! On retrouve l’argent de Monsieur Blitzer en Allemagne (Augsbourg), aux Pays-Bas (ADO Den Haag) ainsi qu’en MLS, au Real Salt Lake. Le football est tout sauf un terrain étranger pour ce passionné qui reprendrait 100% de l’ASSE.

Nantes et l’OM après l’ASSE ?

La vente du club pourrait se finaliser cet été. Les équipes de David Blitzer terminent leur audit, aussi bien de l’ASSE comme du football français. Des craintes liées aux débordements du Stade de France lors de la finale de la Ligue des Champions entre Liverpool et le Real Madrid, comme aux incidents d’Auxerre, lors du barrage perdu par l’ASSE, ont refroidi le fond d’investissement qui réclame un peu plus de temps. Mais visiblement, ce n’est qu’un décalage dans le temps.

D’autant plus que l’arrivée d’actionnaires américains à l’OL a de quoi rassurer. Après l’OM,

Toulouse et Angers, le contingent US s’étoffe en Ligue 1 !

L’ASSE devrait être le prochain investissement sur la liste. Et il n’est pas impossible que la tendance se poursuive du côté du FC Nantes ou de Strasbourg. Les présidents de ces deux clubs ont des discussions en coulisses pour céder leurs parts. Waldemar Kita a déjà reçu une offre de 80 millions d’euros d’un fond luxembourgeois. Marc Keller est également sollicité et souhaiterait passer la main. Quant à l’OM, il se murmure que Frank McCourt pourrait lui-aussi laisser sa place. L’Arabie Saoudite ou les Émirats Arabes Unis seraient sur le coup.

Pour l’ASSE, cela reste une « bonne nouvelle ».

Depuis plusieurs années, le club compte ses sous et se montre prudent pour ne pas perdre l’équilibre. Dépendant des résultats sportifs, le club forézien a plusieurs fois été dans une situation complexe, ne sachant pas s’il pourrait tenir très longtemps. Une instabilité qui a usé le moral des deux présidents actuellement en poste. Avec une situation financière plus confortable, et des ambitions nouvelles, les Verts vont pouvoir se prendre à rêver. La Ligue 2 est au programme de l’été pour le début d’un purgatoire salutaire.

Idéal pour reconstruire en totalité un club qui s’appuie sur une passion populaire unique et une histoire solide.