Ajaccio
SCO Angers
AJ Auxerre
Stade Brestois
Clermont Foot
Racing Club de Lens
LOSC Lille
FC Lorient
OL
OM
AS Monaco
Montpellier Hérault Sport Club
FC Nantes
OGC Nice
PSG
Stade de Reims
Stade Rennais
RC Strasbourg
Toulouse Football Club
ESTAC Troyes

Romeyer et Caïazzo, ces révélations fracassantes sur le duo qui emmène l’ASSE droit dans le mur !

Voir Cacher le sommaire

En plein processus de vente à un homme d’affaire américain, l’ASSE voit le monde des médias se pencher sur son duo de président. Et les révélations du journal Le Monde font froid dans le dos…

Le mode de gouvernance de l’ASSE est atypique, unique. Le club est géré par deux hommes depuis plus de 15 ans. Et s’il y a eu des réussites, comme la période Christophe Galtier, il y a aussi des zones d’ombres. Et celles-ci ressortent au grand jour avec la possible vente du club. Plusieurs médias s’intéressent au club forézien et sa gestion par le binôme Caïazzo / Romeyer. Le journal Le Monde, notamment, vient de publier une enquête éloquente. Son journaliste d’investigation, Gérard Davet, fait des révélations fracassantes.

Suffisamment pour remplir d’inquiétude les supporters stéphanois…

Romeyer l’incompétent, Caïazzo l’absent

Invité de l’émission de RMC, l’After, Gérard Davet répond sans détour sur la co-présidence du club et ses travers : « On a passé un certain temps à Saint-Etienne. On était intéressé par le destin de ce club. Saint-Etienne est un fiasco absolu d’un point de vue footballistique, capitalistique et managérial. Nous avons deux présidents à la tête de ce club depuis des années. Un qui semble incompétent à en croire la vingtaine de personnes que nous avons rencontré. C’est Roland Romeyer.

Et l’autre, qui est peut-être plus compétent, mais qui n’est surtout pas stéphanois dans l’âme. Il n’y met plus les pieds depuis deux ans d’ailleurs. Bernard Caïazzo. Ceci donne un paysage absolument déplaisant. Du maire jusqu’aux supporters, en passant par les intervenants économiques, ils se demandent ce qu’il va se passer ».

Le rachat va capoter ?

Le portrait dressé des deux présidents n’invite clairement pas à la confiance. D’autant plus en période de rachat du club… Et on comprend mieux pourquoi le dossier n’est pas fluide. Si David Blitzer semble déterminé à acheter l’ASSE, comme l’homme d’affaire local, Olivier Markarian, face à eux, il y a deux personnages qui n’arrangent pas les choses. Gérard Davet l’explique : « Quand vous achetez un appartement vous vous renseignez sur les différents problèmes liés à cet appartement. Le voisinage, les vices cachés, etc… Là quand on rentre dans cette fameuse data room, on est censé à avoir accès à l’ensemble des éléments financiers, et… non. Olivier Markarian était en position de racheter le club. Sponsor et partenaire depuis des années, il avait vendu sa société et aurait pu racheter l’AS Saint-Etienne. Il avait gagné 80 millions d’euros dans la vente de sa société. Il avait les moyens de le faire. Il avait plusieurs partenaires d’un niveau tout à fait correct pour investir. En l’occurrence, il a eu accès à la Dataroom. Il avait apporté les garanties financières suffisantes pour y avoir accès. Lorsqu’il a eu accès à la Dataroom, il a posé des questions. Ceci fait partie du process. Le cabinet mandaté doit alors donner des réponses. Il se trouve que nous eut accès à cet échange de questions – réponses.

On s’aperçoit que les acheteurs potentiels ont posé une série de question : Qu’en est-il des contrats des joueurs ? Qu’en est-il de la liquidation des actifs ? Ou en est-on de la brasserie qui devait rapporter de l’argent mais a été vendu ? etc.  Ils posent des vraies questions de potentiels futurs repreneurs. En face, le cabinet KPMG répond : ‘Vous n’aurez accès à ça que lorsque nous le déciderons.’ Du coup, Olivier Markarian s’est trouvé dans une position où il était impossible de racheter ce club sans avoir les réponses à ces questions ». Dans cette situation, difficile de voir la vente du club aboutir. Tant que Roland Romeyer et Bernard Caïazzo seront à sa tête, l’ASSE a peu de chance de s’en sortir…