L’ancien patron de Leicester City a dit que si la fédération italienne faisait appel à ses services, il demanderait la permission de quitter le club.

Les espoirs de Claudio Ranieri de devenir le prochain sélectionneur de l’Italie ont été renforcés par la nouvelle qu’il ne serait pas confronté à l’opposition de ses employeurs en Ligue 1, si les Azzurri venaient à Nantes.

L’ancien patron de Leicester City a déclaré hier que si la fédération italienne faisait appel à ses services, il demanderait au président des Canaris, Waldermar Kita, la permission de quitter le club.

Nantes occupe actuellement la cinquième place de l’Europa League en Ligue 1, après un brillant début de saison sous la houlette de l’entraîneur vainqueur de la Premier League.