Les paris sportifs font partie des moyens pour gagner de l’argent sur internet. Mais, comme bon nombre d’autres méthodes, celle-ci n’est pas sans risque de perte. Malheureusement dans la majeure partie des cas, les parieurs perdent plus qu’ils ne gagnent.

Face à cela, il est donc nécessaire de mettre en place des stratégies capables d’optimiser de façon significative ses gains. Découvrez dans cet article tout ce qu’il faut savoir pour faire des pronostics gagnants.

Les différents types de paris sportifs

Tout pari commence par le choix du type. En effet, les bookmakers en proposent une gamme très variée. On peut distinguer plus d’une soixantaine de paris de types différents. Il faut alors connaitre au moins les plus populaires dont en voici quelques-uns.

Le pari 1N2

Le 1N2 représente sans doute le type de pari le plus connu et le plus simple à jouer. Son principe consiste à choisir 1 pour miser sur la victoire de l’équipe à domicile ou 2 pour celle de l’adversaire. Le N par contre désigne un match nul.

Une variante de cette catégorie est le pari 1/2. Il n’offre que deux issues et ne prend pas en compte de la possibilité d’un match nul. Il est alors adapté pour des disciplines comme le tennis. Mais, on peut aussi l’avoir dans les sports comme le football. Cette particularité entraine un style « draw no bet » soit donc un remboursement en cas de match nul.

Le pari multiple

Le pari multiple consiste à combiner plusieurs paris. Il permet d’obtenir des gains plus élevés ce qui signifie bien sûr un risque plus grand. Pour un débutant, il vaut mieux se concentrer sur les types simples pour s’assurer une victoire plus fréquente.

Le pari plus ou moins de points ou de buts

Dans ce pari, le bookmaker représente votre premier adversaire. Vous avez à proposer une issue différente de la sienne. Vous pouvez par exemple dire qu’il sera marqué plus de buts qu’il en a pronostiqué ou qu’il en sera marqué moins. Pour y arriver, il faut donc se baser sur une analyse objective. N’hésitez pas à vous servir des statistiques.

Gagner aux paris sportifs : les techniques à maitriser

Contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, parier ne se résume pas à une question de chance. Plusieurs techniques sont approuvées et utilisées par les parieurs professionnels pour se faire des profits intéressants. Le but pour vous sera de maitriser également ces astuces pour accroitre vos revenus.

La méthode Martingale

La Marginale constitue une ancienne méthode autrefois utilisée par les joueurs de casino. Elle consiste à accroitre progressivement les mises en cas de perte de manière successive jusqu’au premier pari gagnant. Le système est simple et accessible à tous à condition de disposer d’un capital conséquent.

Une fois le coupon tant attendu validé, le parieur récolte le montant de l’ensemble des pertes en plus d’un surplus comme marge bénéficiaire. Dès lors, le joueur recommence par sa mise initiale. Notons que dans cette méthode, une bonne partie des gains sert à couvrir les pertes. De ce fait, la plus-value pour un succès peut ne pas être conséquente.

Pour faire une marginale, voici comment se calcule le montant des mises

Mise = (P+B)/(C-1)

P : Somme des montants des pertes

B : Bénéfice visé

C : Cote décimale

L’exemple que voici met en évidence une marginale avec une cote de 2

Paris Mise Résultats Profit/Perte Solde
Coupon 1 10 Perdu -10 -10
Coupon 2 20 Perdu -20 -30
Coupon 3 40 Perdu -40 -70
Coupon 4 80 Gagné +80 +10
Coupon 5 10 Gagné +10     +20

 

La technique de la montante

La technique de la montante permet de gagner une forte somme avec un minimum comme investissement de départ. Elle repose sur une cote fixe entièrement laissée au choix du joueur avant les jeux. Ainsi, à partir du capital initial, le joueur effectue sa mise sur la cote choisie.

En cas de victoire, l’intégralité des revenus (profits + mis) est remise en jeu. Le processus reprend ainsi jusqu’au nombre de paliers sélectionné au départ. La barre de palier conseillé est de cinq. L’un des avantages de la montante est que même en cas de perte, vous ne perdez en réalité que votre mise initiale.

Voici un exemple de montante en considérant que le joueur gagne ses 5 paliers.

Palier Mise € Cote Gain
Palier 1 10 2 20
Palier 2 20 2 40
Palier 3 40 2 80
Palier 4 80 2 160
Palier 5 160 2 320 €

 

Le value bet

Les bookmakers établissent un système de probabilité selon laquelle ils fixent la cote de chaque événement. Il arrive dans certains cas que la réalisation d’un évènement soit sous-estimée ce qui donne lieu à une cote avantageuse. Le value bet consiste alors à placer son pari sur cet événement mal jugé par le bookmaker.

Un value bet respecte la formule : 1/cote bookmaker < probabilité d’occurrence trouvée.

Pour appliquer cette formule, il faut que le parieur fasse ses propres estimations en vue de faire les vérifications. Certaines plateformes offrent des algorithmes capables d’aider les parieurs à vérifier les cotes des sites sportifs.

Le sure bet

Il arrive que pour un même événement sportif, les cotes estimées par les sites soient fortement décalées. Dans ce cas, il y a la possibilité de se faire un profit, quel que soit le résultat du match bien sûr en utilisant le sure bet. Ce dernier consiste à parier sur toutes les possibilités existantes pour le fait en question.

Chaque mise se fait suivant un montant prédéterminé et sur la plateforme proposant la meilleure cote de l’événement. Toutefois, une disparité des cotes n’est pas systématiquement signe de sure bet. Il doit vérifier la formule : 1/Cote 1 + 1/Cote 2 +…. + 1/Cote n < 1.

Le Kelly criterion

Le pari d’une somme élevée expose à un risque élevé. En revanche, miser faible est synonyme de faibles revenus. Le Kelly criterion permet de déterminer la mise la plus adaptée sur la base de la cote du pari et du pronostic du joueur. Le résultat est exprimé en pourcentage de la somme à dédier au jeu.

Avec la méthode de Kelly criterion, la mise optimale se détermine à partir deux indices. La première est la cote (C) donnée par le bookmaker et la seconde, la probabilité (P) de réalisation du pronostic.

Mise optimale (%) = (C x P-1)/(C-1)

Voici un exemple de match de tennis auquel s’applique la technique

R. Nadal G. Monfils
1,7 2,1

Après une analyse et un calcule de risque, remarquons que Monfils à 50 % de gagner. Là, il y a bet value.

Mise optimale = (2,1 x 50 % -1)/(2,1-1) = 4,54 %

Il faut donc mettre en jeu 4,54 % du montant présent dans le compte. Soit une somme de 22,7 € pour un portefeuille de 500 €.

Les mises fixes et proportionnelles pour réduire vos risques

Les mises fixes sont une excellente solution pour les débutants. En effet, elles reviennent à toujours mettre en jeu la même somme pour limiter les risques. Parier constant, c’est se protéger des erreurs de calcul et aussi de l’excitation qui pourrait envahir le joueur en cas de gain.

Il est préférable que le montant de la mise ne dépasse pas 5 % du capital à consacrer. Si par exemple la mise est de 20 $, elle doit rester telle, peu importe votre budget. Autrement, vous vous exposez à de gros risques.

La technique des mises proportionnelles par contre, consiste à parier en fonction du montant présent dans le compte. Autrement dit, il va falloir choisir un pourcentage à appliquer au portefeuille à chaque fois pour déterminer l’investissement à faire. Ainsi, cette stratégie permet de corriger deux limites relatives aux mises fixes.

La première fait référence à l’évolution du compte selon sa taille. Pour la seconde, il s’agit de la largesse pour modifier ses mises selon un intervalle donné. Par ailleurs, pour une meilleure efficacité des deux méthodes, il serait judicieux d’y allier la stratégie de Kelly criterion.

Spread Betting

Avec le spread betting, vous pouvez parier sur un intervalle donné d’actions au cours d’un match. C’est comme une sorte d’option binaire de pari. Il s’agit de pronostiquer si le nombre de fois que l’événement se produit se situe en dessous ou au-dessus de la marge du site.

Dans le cas où vous proposeriez l’option au-dessus de la fourchette (spread), on dit que vous achetez le pari. Pour le calcul, le site utilisera alors la borne supérieure de l’intervalle. Voici comment se fait le calcul :

  • Pari gagnant (total supérieur) : Bénéfice = Mise * (Total d’actions – Borne supérieur intervalle)
  • Pari perdant (total supérieur) : Perte = Mise * (Total d’actions – Bas de l’intervalle)

Lorsque vous choisissez l’option en dessous de la fourchette, le pari est considéré comme vendu. De ce fait, la petite borne de la marge est utilisée :

  • Pari gagnant (total inférieur) : Bénéfice = Mise * (petite borne intervalle – Total d’actions).
  • Pari perdant (total inférieur) : Perte = Mise * (Total d’actions – petite borne intervalle)

Voici un exemple pour mieux cerner le spread betting

Le site propose un spread de 10-11 pour le nombre de corners. La mise est 100 $ pour un pari acheté (pronostic au-dessus).

  • Si à la fin il y a 15 corners, le gain est : 100 x (15-11) = 400 $
  • Si à terme il y a 8 corners, la perte est : 100 x (11-8) = 300 $

Le site propose un spread de 10-11 pour le nombre de corners. La mise est 100 $ pour un pari vendu (pronostic en dessous)

  • Si à la fin il y a 8 corners, le gain est : 100 x (10-8) = 200 $
  • Si au terme il y a 15 corners, on a une perte : 100 x (15-10) = 500 $

Les bonnes habitudes pour gagner aux paris sportifs en 2020

Gagner ses paris sportifs ne se résume pas qu’à mettre en pratique une technique préétablie. Il exige de même une attitude gagnante de vous. Il est donc important de prendre au plus tôt les bonnes habitudes avec beaucoup de rigueur.

Savoir choisir la mise optimale pour vos paris

Le montant à parier constitue une partie intégrale de votre stratégie de pari. Vous devez, à cet effet, adopter des règles propres à votre personnalité et vous y conformer. De manière générale, deux critères entrent en jeu dans la détermination du montant à prier. Il s’agit de la profitabilité et de la cote.

La profitabilité représente l’écart entre la cote donnée par le bookmaker et celle issue de votre propre estimation. Plus elle sera élevée, plus vous aurez de chance de gagner sur ce pari. Pour une profitabilité assez conséquente, vous pourrez donc augmenter le montant de la mise.

La cote quant à elle, est généralement inférieure aux estimations du bookmaker. En cas de supériorité, elle se trouve pour la plupart des cas dans une marge de 15 % maximum. Tenez-vous donc à un montant fixe pour vos mises.

Rappelons qu’il est important de se définir des méthodes strictes pour la définition du montant. Il faut éviter que le choix soit aléatoire et donc fonction de vos inspirations ou de votre humeur. Aussi, ne dépassez pas un taux de 12 % de votre capital sur une seule mise.

Les critères pour prendre les bonnes décisions

Le résultat d’un jeu sportif n’est pas totalement du hasard. Du moins, il existe certains facteurs qui permettent d’orienter son choix à savoir :

  • Les résumés des matchs précédents :
  • Les statistiques ;
  • Le classement des équipes ;
  • Les avis des spécialistes.

Ces paramètres vous permettent d’affiner vos décisions et d’éviter au maximum les erreurs.

Les résumés des matchs précédents renseignent sur leur déroulement, sur les athlètes et les compétitions. Dans la mesure du possible, il faut aussi suivre les matchs. Vous pourrez ainsi avoir votre propre opinion des faits. Cet aspect est d’ailleurs très important, car il vous permet d’élaborer vos propres indicateurs pour les pronostics ultérieurs.

Les statistiques permettent de disposer d’éléments objectifs à intégrer à vos analyses. Elles suivent des principes de calculs rigoureux et constituent donc une source d’information fiable.

Les classements des équipes découlent du déroulement des matchs précédents. À ce titre, ils servent à affiner votre avis sur ces derniers. Ils permettent d’avoir beaucoup d’informations sur les matchs, les adversaires, leur évolution dans le temps, etc.

Quant aux avis des spécialistes, ils constituent des éléments de confrontation de votre analyse. Prenez en considération les commentaires des journalistes, les pronostics et même les tuyaux partagés sur les futures rencontres. N’hésitez pas aussi à vérifier les informations si vous en avez l’opportunité.

Éviter les biais qui empêchent de gagner

Certains facteurs souvent pris à la légère constituent de vrais obstacles pour la prise de décisions objectives. Ils relèvent surtout des caractéristiques intrinsèques à la personnalité du joueur.

Les superstitions constituent la première catégorie d’éléments. Faites-vous vos choix en fonction de l’habillement de l’athlète ? Ou misez-vous sur quelqu’un selon qu’il ait été un bon choix dans le passé ? De telles méthodes ne suivent aucun fondement concret et sont susceptibles de vous décevoir bien vite.

Un autre comportement à éviter à tout prix est la prise de décision sur le coup de l’émotion. Il faut que votre analyse soit le plus objective possible. Ce dernier n’induit pas forcément une victoire à tous les coups. Il n’en demeure pas moins qu’il vous assurera plus de victoire que les décisions subjectives. Ne pariez pas sur un athlète juste parce qu’il ressemble à votre fidèle ami ou parce qu’il porte le même prénom que votre fils.

Dans vos choix, faites aussi attention à ne pas subir l’influence de votre aversion ou attraction au risque. Dans le premier cas, vous passerez bien souvent à côté de jolis gains alors que dans le second, vous perdrez régulièrement.

La clé pour s’assurer d’avoir une bonne méthode de jeu à long terme reste la décision objective. Vous devez donc connaitre votre personnalité afin d’éliminer tous les biais à priori. Ainsi, vous êtes sûr de pouvoir obtenir un bilan positif. Pour tous vos paris, gardez donc un mental de gagnant à travers les points suivants :

  • Savoir modérer son impatience ;
  • Consacrer un temps raisonnable aux paris sportifs ;
  • Savoir contrôler son excitation ;
  • Savoir évacuer les fortes émotions.

Pourquoi miser : une interrogation nécessaire pour mieux se connaitre

Il existe plusieurs types de passionnés de jeu. En fait, il va de soi que tout le monde ne fait pas de pari. Certains préfèrent juste suivre les matchs, les vivres alors que pour d’autres, il faut jusqu’à l’étape du pari. Pourquoi alors choisir d’être parieur ? La réponse à cette question représente la base pour mieux vous connaitre et savoir éviter les pièges d’une mauvaise décision.

Trois grandes catégories de joueurs existent. Il y a le joueur gagnant, celui compulsif et celui qui cherche des sensations fortes.

Le joueur gagnant fait ses mises suivant une stratégie bien élaborée. Il est passionné, mais surtout raisonné et cherche l’objectivité dans ses décisions. Il est donc celui qui dispose d’une méthode de gestion de son capital et est susceptible d’avoir un bilan positif à long terme.

Le joueur compulsif par contre s’identifie par sa grande ignorance. Il vise simplement le gain, mais n’a aucune stratégie de jeu. De ce fait, il mise toujours plus dès qu’il enregistre un succès. À long terme, son bilan reste généralement négatif.

La dernière catégorie comprend les parieurs en quête de sensations fortes. Pour eux, parier rend pour l’expérience du match plus intéressante. De ce fait, ils ne restent pas trop plaintifs des pertes sans pour autant avoir forcément un bilan satisfaisant.

Le gain constitue le but de tout parieur. Vous pouvez aussi devenir un joueur gagnant et même être l’heureux gagnant d’un montant record. Pour cela, il faut que vous sachiez mettre en œuvre des analyses objectives. Il faut noter que le pari 100 % sur n’existe pas. Quelle que soit la qualité de votre technique, il y a toujours une marge d’erreur. Ainsi, une perte à un moment donné ne remet pas systématiquement en cause votre analyse. Le joueur gagnant, c’est aussi celui qui sait que la roue peut tourner à tout moment.